Actualités
- Formation

TAXE D'APPRENTISSAGE : ATOUTS PLASTIQUES INVESTIT DANS LA FORMATION DES JEUNES

Décembre 2017

 

Spécialisée dans la fabrication de pièces thermoplastiques, Atouts Plastiques, à Pordic (22), fabrique avec ses 7 collaborateurs près de 4 millions de pièces par mois pour les marchés du médical, de l’alimentaire, de l’électricité, du bâtiment… En partenariat avec l’Institut Supérieur de Plasturgie d’Alençon – ISPA, l’entreprise a intégré de longue date l’apprentissage dans son modèle d’organisation. Son Dirigeant, Cyrille Guilloux, est aussi le tuteur de Loli Georgelin, apprentie depuis 2016. Regards croisés.

 

[Cyrille GUILLOUX, Dirigeant d’ATOUTS PLASTIQUES et Loli GEORGELIN, apprentie ingénieur ISPA au sein de l’entreprise]

 

Pour la quatrième fois depuis sa création en 1999, Atouts Plastiques a recours à l’apprentissage. « Il s’agissait jusqu’à présent de jeunes qui suivaient à l’ISPA une formation du Bac pro au BTS et qui intervenaient en production, explique le Dirigeant, Cyrille Guilloux. L’apprentissage nous offre l’opportunité de travailler dans la durée avec un collaborateur qui développe des connaissances théoriques à l’école et à qui nous transmettons l’esprit de l’entreprise, son savoir-faire et son savoir-être. » Chez Atouts Plastiques, honnêteté et rigueur constituent deux valeurs partagées au quotidien par les sept membres de l’équipe. « Dans une TPE, la proximité est forte. L’apprenti n’est pas un stagiaire : il fait partie intégrante de l’entreprise. Je prends en compte le fait qu’il est encore en formation mais pour le reste, il suit le même parcours qu’un salarié, avec des attentes de résultats sur les tâches confiées. »

Pour rejoindre l’entreprise en 2016, Loli Georgelin, en cursus ingénieur à l’ISPA, a vécu le processus de recrutement : deux entretiens, lors desquels elle a démontré ses compétences et sa motivation. Chargée à Atouts Plastiques des méthodes et de l’industrialisation, elle a fait étape au service commercialisation. « Je souhaitais améliorer nos méthodes d’élaboration des devis, précise Cyrille Guilloux. J’ai confié à Loli un cahier des charges. Elle nous a proposé un outil d’estimation des prix, que nous utilisons désormais systématiquement et qui est d’un grand apport. »

 

Une porte d’entrée dans les industries de la Plasturgie

Diplômée de l’IUT de Chimie de Rennes, Loli Georgelin a découvert la Plasturgie en intégrant l’ISPA. « Je cherchais à poursuivre mes études sur les matériaux, le dessin technique, le bureau d’études, tout ce qui relève de la conception d’un produit. Jusque-là, je ne connaissais rien du secteur, mais j’ai découvert que je pouvais être utile et que mon action avait du sens. » « C’est incroyable, renchérit Cyrille Guilloux. Sur ce bureau, je ne vois que des produits plastiques. Ils font partie de notre quotidien mais les métiers liés à leur fabrication restent méconnus ! L’apprentissage contribue certainement à communiquer, à démontrer notre attractivité. Il est pour les jeunes une porte d’entrée dans nos entreprises, qui se sont automatisées, robotisées et sont des industries d’intelligence. »

 

L’apprentissage, une relation gagnant-gagnant

Loli Georgelin n’a pas, non plus, choisit au départ l’apprentissage : « Les formations de l’ISPA sont intégralement réalisées sur ce mode. Mais si c’était à refaire, je recommencerais. Les apprentissages théoriques et en entreprise sont différents et complémentaires. A l’issue de ma formation, je serai titulaire d’un diplôme et pourrai faire valoir une expérience.» Le dirigeant d’Atouts Plastiques est aussi le tuteur de l’apprentie. Un engagement qu’il conçoit comme une relation gagnant-gagnant. « Accueillir un jeune dans l’entreprise, c’est le faire progresser. Loli participe à des projets d’amélioration des process : il est gratifiant, pour elle comme pour nous, de voir les résultats. » L’entreprise a jusqu’à présent recruté deux des apprentis qu’elle a accompagnés. « L’apprentissage fait partie de notre modèle d’organisation. Il favorise l’intégration dans des secteurs et métiers en tension. Il offre l’occasion de mieux se connaître, de s’enrichir mutuellement. A diplôme identique, je choisis entre deux candidats celui qui a fait de l’apprentissage. »

A l’ISPA, la taxe d’apprentissage finance la pédagogie et les équipements « Industrie 4.0 »

Obligatoire, la taxe d’apprentissage est un impôt direct et transparent : l’entreprise connait précisément sa destination. A l’ISPA, elle contribue, avec les partenariats et les aides régionales, au fonctionnement de la structure et à la rémunération des formateurs. Elle permet aussi à l'école de préparer l’avenir et d’engager des investissements pour des équipements qui serviront à la formation des apprentis. Dans le cadre du projet Industrie 4.0, l’ISPA a ainsi fait l’acquisition de deux machines de prototypage impression 3D et d’une ligne connectée bi-matière électrique, qui fera prochainement son entrée. L’intervention d’experts sur des thématiques techniques ou supports - le management par exemple - enrichit le cursus des apprentis grâce aux fonds collectés. Ceux-ci concourent également à la mise en place d’une plateforme numérique qui favorise l’accès à distance aux cours et aux supports pédagogiques.

Avec l’apprentissage, les jeunes gagnent en posture et compétences professionnelles et s’insèrent plus rapidement sur le marché du travail. Mais, pour réaliser l’ensemble du programme alors que la moitié du temps de scolarité est consacré à l’entreprise, il est indispensable d’adapter la pédagogie et d’acquérir des équipements forcément plus coûteux dans l’industrie que dans les services. La taxe d’apprentissage constitue un investissement pour les entreprises, qui bénéficient des compétences de jeunes mieux formés. L’ISPA, qui engage en décembre sa campagne pour la taxe d’apprentissage, leur ouvre toute l’année ses portes et leur apporte informations et conseils, notamment sur le tutorat d’apprentis.

Pour en savoir plus, téléchargez la plaquette ou contactez l’ISPA : Tél. 02.33.81.26.00, ta@ispa.asso.fr

Les entreprises ont désormais l’obligation de concourir au financement du CFA de leur apprenti, au maximum à hauteur du coût de sa formation. Celles qui comptent plus de 250 salariés sont également tenues au paiement de la Contribution Supplémentaire à l’Apprentissage (CSA). Plaquette TA ISPA 2017.pdf